[Journée d’étude] « Gouvernance de la smart city : retours d’expériences de quatre villes françaises »

Le 24 juin 2019 s’est tenue la première journée d’étude « SMARTRENNES ». Cette rencontre visait à renforcer les liens entre acteurs académiques, acteurs publics, acteurs privés et société civile sur les enjeux de la smart city, en favorisant le partage d’expériences de smart cities dans le contexte français. L’objectif de cette démarche est d’accompagner la formalisation de la démarche smart city rennaise. 
Nous avons pour cela profité d’un temps de présentation de résultats de recherche sur quatre terrains d’étude :    

– le cas de Rennes métropole, par l’équipe du projet SmartRennes* (ESO, PREFics, TVES)   

– le cas de SmartLyon, par Françoise Paquien-Séguy et Valentyna Dymitrova (Sciences Po Lyon, ELICO)   

– le cas de la ville de Paris, par Ornella Zaza (ENSA La Villette, LAVUE)   

– le cas de la ville de Nantes, par Sarah-Anaïs Achache (Université de Tours, CITERES). 

Les quatre cas d’études présentés (Rennes[1], Lyon[2], Paris[3]et Nantes[4]) avaient pour dénominateur commun de questionner la gouvernance des données, les expérimentations en lien avec la démarche « smart city », ainsi que l’accompagnement et l’animation des dispositifs proposés par les acteurs d’un territoire donné. 

Les présentations ont permis d’explorer différents aspects de la smart city, de sa mise en place à sa gouvernance. Les échanges se sont poursuivis autour des questions de management public, de l’intégration des citoyens, de la place des entreprises et de la technologie numérique dans la mise en place d’une « smart city », questionnant par ailleurs la présence d’une « smart city à la française » (par l’aspect de maitrise publique). 


Voir également la prise de notes proposée par Hugues Aubin : lien direct


[1]Par Hélène Bailleul, pour l’équipe SMARTRENNES (laboratoires ESO, PREFIcs et TVES).

[2]Par Françoise Paquienseguy et Valentyna Dymitrova (laboratoire ELICO, Sciences Po Lyon).  

[3]Par Ornella Zaza (laboratoire LAVUE, ENSA La Villette).

[4]Par Sarah-Anaïs Achache (laboratoire CITERES, Université de Tours).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.